Critique: Maléfique

MALEFIQUE-Affiche-Angelina-Jolie-FranceMaléfique est une belle jeune femme au coeur pur qui mène une  vie idyllique au sein d’une paisible forêt dans un royaume où règnent le bonheur et l’harmonie. Un jour, une armée d’envahisseurs menace les frontières du pays et Maléfique, n’écoutant que son courage, s’élève en féroce protectrice de cette terre. Dans cette lutte acharnée, une personne en qui elle avait foi va la trahir, déclenchant en elle une souffrance à nulle autre pareille qui va petit à petit transformer son coeur pur en un coeur de pierre. Bien décidée à se venger, elle s’engage dans une bataille épique avec le successeur du roi, jetant une terrible malédiction sur sa fille qui vient de naître, Aurore. Mais lorsque l’enfant grandit, Maléfique se rend compte que la petite princesse détient la clé de la paix du royaume, et peut-être aussi celle de sa propre rédemption… Réalisé par Robert Stromberg avec Angelina Jolie, Elle Fanning, Sharlto Copley, Juno Temple, Sam Riley, Imelda Staunton et Brenton Thwaites.

Hollywood continue à exploiter les contes de fées de notre enfance et qui ont fait rêver tant de demoiselles. Dernièrement, nous avions eu droit à Alice aux Pays des Merveilles, deux adaptations de Blanche Neige et Le Monde fantastique d’Oz. Avant de nous livrer Cendrillon, Disney nous offre l’histoire de la Belle au bois dormant.

L’adaptation du film d’adaptation de Disney (sortie en 1959) a été confié à Robert Stromberg. Il a déjà travaillé sur Alice aux Pays des Merveilles et Le Monde fantastique d’Oz. Cette fois ci pour adaptation de la Belle au bois dormant, il nous offre l’histoire du point de vue de la méchante sorcière, Maléfique. Autant le dire tout de suite: le scenario est ultra prévisible et ce, dès les premières secondes où la jeune Maléfique est présente à l’écran. malefique-videos-532986be0295aRobert Stromberg nous en met plein la vue en nous présentant le monde idyllique où évolue la jeune fille. On s’attache tout de suite à elle et on peut même se demander pourquoi elle se nomme Maléfique alors qu’elle est si douce! Le réalisateur prend son temps pour nous présenter l’enfance du personnage. On aurait pu craindre que ce soit ennuyeux mais au contraire: on est captivé par les sublimes images. On aura même droit à une belle bataille entre créatures enchantées et les hommes. Il faut rappeler qu’avant d’être réalisateur, Robert Stromberg a travaillé sur de nombreux films en temps que superviseur des effets spéciaux, comme par exemple L’Odyssée de Pi. D’un point de vue graphique, Maléfique est une vraie réussite. Maleficent-Une-bande-annonce-musicale-pour-MaléfiqueMais comme je l’ai dit plus haut, le scenario est très prévisible. Lorsque Maléfique devient vraiment maléfique, on sera légèrement déçu… On comprend parfaitement ses motivations mais le seul moment où elle fait froid dans le dos est la fameuse scène où elle maudit Aurore. Ce passage qui est le tournant du film et probablement le moment le plus important de la vie de Maléfique (et de la princesse Aurore) est particulièrement réussi. Tellement bien réussi qu’on aurait aimé voir un peu plus le mal qui habite Maléfique, la voir plus despotique mais il faut se rappeler d’une chose: on est dans un film Disney! Le film s’adresse avant tout aux plus jeunes (sans pour autant oublier les adultes). A défaut d’avoir une Maléfique méchante, on aura droit à une Maléfique espiègle. imagesLa relation entre la princesse Aurore et Maléfique est aussi abordée. Une relation qui changera tout ce que vous croyiez connaitre sur cette histoire. On saura tout de suite où nous conduira cette relation. Les puristes crieront au scandale, le reste des spectateurs comprendront parfaitement. Disney balaie volontairement ses propres clichés instaurés dans ses films d’animation pour nous offrir une conclusion à la fois mature et touchante. msf_malef_cmi_stefan_v2En mettant ses clichés à la poubelle, on a droit à une réécriture des personnages. Angelina Jolie est plus que convaincante dans le rôle de Maléfique. A la fois touchante, puissante et par moment effrayante, elle rentre parfaitement dans la peau du personnage et nous livre une interprétation juste. On a droit à une princesse Aurore loin d’être cucul. Elle Fanning parvient à apporter toute sa candeur au personnage. Maléfique ne sera pas la seule à s’assombrir, le roi Stéphane changera aussi. Sharlto Copley nous offre parfaitement toutes les facettes du personnage. Maléfique est le premier film que réalise Robert Stromberg. Le film ne souffre pas trop des longueurs et le récit est bien structuré. On a droit à une photographie impeccable du début à la fin.

Malgré un scenario très prévisible, Robert Stromberg parvient à dépoussiérer ce conte tout en conservant la magie et la féerie de l’histoire. On a droit à un film touchant destiné à la fois aux enfants et aux adultes. Ma note: 7/10

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Critique: Maléfique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s