Critique: The November Man

THE-NOVEMBER-MAN-affiche-filmIl n’y a pas pire ennemi que celui que l’on a formé. Peter Deveraux est un ex-agent de la CIA réputé pour sa redoutable efficacité et un passé trouble. Contacté pour assurer la protection d’Alice Fournier, responsable d’un centre d’accueil pour réfugiés, dont le témoignage pourrait compromettre l’un des favoris à l’élection présidentielle russe, Devereaux comprend rapidement qu’il a été manipulé et qu’il est devenu la cible de son ancien élève, David Mason…

Pierce Brosnan a essayé, en vain, de se débarrasser du smoking de 007 à travers ses choix cinématographique. Quand je le vois, je suis obligé de penser à James Bond, Goldeneye a été le premier film de l’agent britannique que j’ai vu au cinéma. Ensuite je pense à Mamma Mia! et je me dis: « Pierce! reviens dans le cinéma d’action bon sang!!! ». Pierce Brosnan fait-il son come back avec The November Man??? The-November-ManLa réponse est oui même s’il faut avouer que The November Man est un film plutôt moyen. Disons plutôt que c’est un bon film mais qui ne renouvelle le genre. On se retrouve donc avec une intrigue géopolitique où les russes font encore une fois office de méchant, la C.I.A qui est sur les dents et dont les ambitions sont floues et au milieu de tout ça, un agent vieillissant qui tente de découvrir avec les moyens du bord le pot aux roses. Bref, du déjà vu et pourtant c’est ce qui fait un peu le charme de The November Man: un film d’espionnage à l’ancienne.

Mais, même si certains points sont prévisible, que le scénario manque parfois de profondeur, on fait preuve d’indulgence et on a envie de s’intéresser à ce complot. Roger Donaldson nous offre même quelques bonnes scènes d’action, qui auraient mérité d’être plus ambitieuses. D’ailleurs, le film commence de façon assez rythmé mais au fil des minutes, entre l’intrigue principale et le conflit entre le maitre et son ancien élève, les longueurs s’accumuleront…november_man_2Le principal intérêt de ce film c’est avant tout de revoir Pierce Brosnan dans un film d’espionnage. Nostalgie des années Bond? Quoi qu’il en soit, l’acteur troque son costume du MI6 avec celui de la C.I.A et on aurait pu croire que l’age de l’acteur(61 ans) aurait pu être un frein pour ce genre de rôle mais pas du tout! L’ex 007 nous démontre qu’il en a encore sous le capot! Plus que convaincant et plein de charisme, on aura l’impression d’avoir sous les yeux James Bond mais en plus nerveux! De plus, l’acteur donne la réplique à un ex-James Bond Girl: Olga Kurylenko. Dans le rôle de la demoiselle en détresse, l’actrice arborera la même expression durant tout le film et aura du mal à nous convaincre. Luke Bracey dans le rôle de l’élève qui cherche à dépasser le maitre s’avérera plus convaincant.

 

Un scénario correct mais prévisible, des scènes d’action bonnes mais pas assez impressionnantes, The November Man se contente du minimum. Le principal intérêt de ce film est de revoir à nouveau Pierce Brosnan dejouer un complot et manier des flingues. Film sympa mais peut mieux faire… Ma note: 5/10. The November Man


Réalisé par Roger Donaldson avec Pierce Brosnan, Olga Kurylenko, Luke Bracey, Will Patton et Bill Smitrovich. Sortie: 29 novembre. Durée: 1h48.

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Critique: The November Man »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s