Critique: Vice Versa

urlAu Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie… 

Pixar! Ce géant de l’animation qui nous a pondu de belles pépites (Toys Story, Les Indestructibles, Wall-E etc etc) semblait avoir perdu son sens de l’émerveillement ces derniers temps. Sans être mauvais, les derniers films n’avaient (selon moi) rien de percutant. Qu’à cela ne tienne, Pixar est de retour avec une nouvelle curiosité : Vice Versa (Inside Out en vo). Je ne fais pas trop de critique sur les films d’animation mais les bandes annonces de celui-ci ont réussi à éveiller mon intérêt.

Avec Vice Versa, on s’intéresse à la jeune Riley ou plus précisément à ses émotions qui sont déclinées sous cinq avatars, on a Joie, Colère, Peur, Dégout et Tristesse. Ceux qui ont grandi dans les années 90 ont dû connaitre l’excellent dessin animé : « Il était une fois la vie ». Ce film reprend le même concept : explorer le corps humain de façon ludique. Vice Versa n’a pas la prétention de nous expliquer comment notre cerveau gère nos émotions avec tout un tas de jargons scientifique. Les réalisateurs se sont plutôt amusés à transformer avec une extrême minutie nos caboches en micro-usine. On ne peut être qu’amusé de découvrir en même temps que Joie et Tristesse tous les recoins les plus loufoques les uns que les autres de notre tête. Il faut saluer le travail des équipes de Pixar qui nous offre une vision de l’esprit humain à la fois crédible et totalement déjanté.urlEn plus de cet univers riche et coloré, on a le droit à des personnages vraiment attachant. Difficile de ne pas se reconnaitre dans la petite Riley et ses sautes d’humeurs dues aux petits tracas causés par les 5 personnages dans sa tête. Joie, Colère, Peur, Dégout et Tristesse forme une équipe du tonnerre qui nous feront plusieurs fois éclater de rire. Les avatars des émotions des parents sont aussi hilarant mais on regrettera de ne pas les voir un petit peu plus à l’écran. Vice Versa nous fait passer par toutes sortes d’émotions mais l’humour est sans conteste le point fort de ce film. Dans sa construction, là non plus, il n’y a rien à redire : pas de place pour l’ennui ! Tout s’enchaine à merveille pour nous conduire à une conclusion vraiment touchante.

Pixar n’a plus rien à prouver en matière d’animation : c’est fluide, les couleurs sont pétillantes, bref c’est jolie et parfait aussi de ce côté ! Le casting vocal a été bien choisi (pour la version originale, pas encore vu la version française). Mon coup de cœur revient à Phyllis Smith qui prête sa voix à Tristesse. Le timbre de sa voix bien particulier sied parfaitement au personnage : à chaque fois que Tristesse s’exprime, elle nous fout le cafard! Ce personnage est vraiment réussi.

Vice Versa ou comment expliquer la catharsis aux plus jeunes de manière fun, la dernière production de Pixar est tout simplement extraordinaire! Un véritable torrent d’émotions qui nous tient en haleine durant tout le film. Vice Versa est probablement l’un des meilleurs films d’animation de ces dernières années. Ma note: 9/10.


Vice Versa est réalisé par Pete Docter et Ronaldo Del Carmen avec les voix de Amy Poehler, Mindy Kaling, Bill Hader, Phyllis Smith, Diane Lane, Lewis Black et Kyle MacLachlan. Voix française: Charlotte Lebon, Mélanie Laurent, Pierre Niney, Marilou Berry et Gilles Lellouche. Sortie prévue pour le 17 juin. durée: 1h34.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Critique: Vice Versa »

  1. Ping : Top/Flop 2015 | Captain Blogbuster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s