Critique: Creed-L’héritage de Rocky Balboa

affiche.Creed-L-Heritage-de-Rocky-Balboa.61502
Adonis Johnson n’a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d’être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D’abord réticent, l’ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…

Lorsque je pense aux grandes sagas cinématographiques, celles qui me viennent tout de suite en tête sont généralement Star Wars, Indiana Jones,  le Seigneur des anneaux etc etc… bref les plus populaires. J’oublie injustement celle de Rocky. Pourtant, la saga du boxeur a bercé mon enfance ! Rocky I,II,III et IV, des films que j’ai vu et revu, un cinquième opus que j’ai vu une fois et que j’essaye (en vain) d’oublier et enfin le très honorable Rocky Balboa. D’abord sceptique lorsque j’ai appris que Stallone reprenait l’un de ses rôles mythique (d’autant que 2 ans plus tard, il nous ressortait Rambo du placard), cet excellent épisode fut finalement une bonne surprise et permettait à la saga de ne pas se conclure sur le désastreux Rocky V. On pensait qu’on en avait fini avec Rocky… Pas du tout ! Creed-rocky

40 ans après le premier Rocky, la saga s’offre un spin-off qui porte le doux nom de « Creed », un nom que les fans connaissent plus que bien. Pour aller doit au but: ce spin-off est une réussite.
Creed reprend la recette inhérent à ce type de film: un type qui va devoir se surpasser à l’entrainement pour aller affronter le grand champion. Si ça déjà été vu et revu, il faut avouer que cette recette marche toujours. Creed est là pour nous le prouver. D’autant que l’histoire et les motivations d’Adonis (interprété par Michael B. Jordan) nous captivent  début du film jusqu’au gong final. Le rejeton d’Apollo Creed nous offre une bonne leçon de vie (bien qu’elle s’adresse plus aux « fils et filles de »): aller au delà du nom de son père et faire ses propres preuves.

ob_58f408_creedL’autre force de Creed, c’est la relation entre Adonis et Rocky. Deux hommes liés par le defunt Apollo Creed. Une relation très bien mis en scène qui nous dévoilera un Rocky plus touchant que jamais. Si on avait pu découvrir le Rocky « vieux » 10 ans auparavant dans Rocky Balboa, le personnage prend une tout autre dimension dans Creed. Voir Rocky diminué fait un petit pincement au cœur.
Mais Stallone, qui nous prouve à chaque fois qu’il est dans le coup avec ses derniers films d’action, décide d’assumer son âge dans son énième interprétation de l’étalon italien et c’est tout à son honneur. En réalité, bien que Rocky se retrouve en second plan, Creed prolonge son histoire et s’intègre parfaitement aux autres épisodes de la saga. Sa propre histoire et celle du jeune Adonis se rejoignent et s’entremêle à merveille. Tout comme Star Wars: Le Réveil de la Force, l’aspect « passage de flambeau » à la génération suivante est bien représenté.

photo.Creed-L-Heritage-de-Rocky-Balboa.178746

Après avoir vu Creed, on a envie que d’une chose: s’entrainer et boxer! Avec ce film, on s’y croit vraiment! Que ce soit dans les phases d’entrainements ou les combats (qui sont magnifiques, mention spéciale à un combat entièrement en plan séquence), la musique fait son job: nous transmettre la motivation d’Adonis. Tout comme les Rocky, la musique est primordiale. Aucune fautes de goût (quoi que, si vous n’êtes pas fans de rap français, ne restez pas pendant le générique).
Aucune fautes non plus niveau réalisation. Ryan Coogler, qui en est à son deuxième long métrage, nous offre un film impeccable. Réalisation soignée, des longueurs inexistantes, bref, rien à redire.
Pour son deuxième film, il retrouve Michael B. Jordan. L’acteur ,qui incarnait la Torche dans le désastreux 4 Fantastiques, nous fait oublier cette erreur dans sa carrière tant il incarne à merveille le rejeton d’Apollo Creed. Le rôle était pour lui. Bien qu’il n’a plus rien à nous prouver dans la peau de Rocky Balboa, Sylvester Stallone parvient toujours à nous surprendre. Tessa Thompson est la touche féminine du film et fait jeu égal avec les 2 autres acteurs. L’alchimie entre ces acteurs est quasi parfaite.

Creed est le film de ce début d’année qu’il ne faut pas louper. Émotions et passion, ce spin-off réussi sa mission. On ne peut que se réjouir lorsqu’on apprend qu’une suite est prévue. Après tout, l’aventure du jeune Adonis « Creed » Johnson ne fait que débuter… Ma note: 9/10


  Réalisé par Ryan Coogler avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson et Phylicia Rashad. sortie: 13 janvier 2016. durée:02h14.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Critique: Creed-L’héritage de Rocky Balboa »

  1. Ping : Black Panther: le réalisateur de Creed aux commandes du film! | Captain Blogbuster

  2. Ping : Top/Flop 2016 | Captain Blogbuster

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s