Critique: Fast and Furious 8

fast-and-furious-8-poster-imax

Maintenant que Dom et Letty sont en lune de miel, que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de globetrotteurs retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier ne pourra éviter de trahir ses proches qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées jusqu’alors…


Et de 8! La franchise Fast and Furious en a encore sous la pédale! Après un 7eme opus frappé par la mort tragique de Paul Walker, on aurait pu croire la saga en profiterait pour se conclure sur une touche émouvante. Finalement, Dominic Toretto et sa bande prennent de nouveau le volant. Sans Paul Walker, cette suite peut elle tenir la route? Et surtout, la grande question: peuvent ils faire mieux que Fast and Furious 7???

fast-furious-8-photo-charlize-theron-vin-diesel-976628

« Pouvez vous faire mieux que le film précédent??? ». À cette question, la bande de Toretto pourrait nous répondre: « On vous préviendra lorsque vous pourrez détacher votre ceinture… ». Le réalisateur F. Gary Gray succède à James Wan et relève le défi haut la main.
Si par moment le côté street et underground des premiers Fast and Furious me manque, il faut avouer que le virage prit par la saga depuis l’épisode 5 a été plus que bénéfique. Ce 8eme opus suit donc la route empruntée depuis 3 films pour notre plus grand plaisir: un blockbuster 100% survitaminé et assumé. L’exagération est devenue la marque de fabrique de cette saga, il y aura toujours un moment où le spectateur, sourire aux lèvres, se dira: « rhooo, ils vont trop loin là! ». Justement, Fast and Furious ne semble plus avoir de limites. fast_and_furious_8_4

Certains diront que The Fate of the Furious est le meilleur épisode de la saga. Honnêtement, je ne saurai le dire. Fast and Furious, c’est comme le beaujolais: la nouvelle version semble toujours meilleure que la précédente. Le réalisateur parvient à trouver un équilibre parfait avec tout les éléments indispensable pour faire un bon Fast and Furious. L’action nous en met plein la vue. Depuis le premier film la recette est la même: course poursuite, bagnoles de rêve et bastons. Pourtant, après 8 films, on parvient toujours à être bluffé et à retenir notre souffle. Ce qui ne passerai pas dans certains films passe aisément dans Fast and Furious. De plus, on a l’impression que l’action ne s’arrête jamais!
L’humour est aussi au rendez vous et savamment dosé. Ça tombe toujours au bon moment et ça n’en fait pas des tonnes. Les punchlines sont un pur régal! Mais malgré l’humour, on constatera une certaine noirceur dans le récit. De là à dire que c’est l’épisode le plus sombre de la saga, il n’y a qu’un pas.. L’association de tout ces éléments font que le rythme ne retombe à aucun moment et nous tient en haleine jusqu’à la fin.

Fast And Furious 8

Concernant le casting, malgré les prises de bec entre Dwayne Johnson et Vin Diesel sur le tournge, on sent une certaine alchimie entre les acteurs. Le thème redondant de la famille revient encore une fois. Vin Diesel remet de nouveau la casquette du chef de cette famille, rôle qui connait sur le bout des doigts. Il parviendrait presque à nous faire oublier le calamiteux xXx: Reactived.
Jason Statham se retrouve contraint de combattre aux côtés de la famille. Si l’ajout de l’acteur nous permet d’avoir quelques bonnes séquence de fight, on a l’impression que ce Fast and Furious 8 adoucit le personnage, le rend plus cool en vue de l’intégrer au sein de la bande, ce qui est plutôt gênant quand on sait qu’il a tué un des leurs.
Celle qui fait une entrée remarquée dans cette saga, c’est Charlize Theron. Pour la première fois, l’antagoniste est une femme. Charlize Theron est froide, déterminée, implacable et impeccable. Il n’y a aucun doute: il s’agit probablement du meilleur vilain de toute la franchise.

Ce nouveau volet nous prouve que Fast and Furious en a encore sous la pédale. F. Gary Gray nous offre un film rythmé, un chouia plus sombre que les précédent mais teinté de la petite touche d’humour habituelle. L’action est toujours aussi décomplexé et assume toujours son côté exagéré. Tout ces ingrédients font de « The Fate of the Furious » un excellent divertissement. Ce huitièmement volet nous prouve aussi que la franchise peut continuer sa route malgré l’absence d’un de ses acteurs principaux: Paul Walker. Ma note: 8/10


Réalisé par F. Gary Gray avec Vin Diesel, Jason Statham, Charlize Theron, Dwayne Johnson, Ludacris, Tyrese Gibson, Michelle Rodriguez, Nathalie Emmanuel, Kurt Russell, Scott Eastwood, Elsa Pataky . Sortie: le 12 avril 2017. Durée: 02h16

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s