Critique: Transformers-The Last Knight

last-knight-imax-M

The Last Knight fait voler en éclats les mythes essentiels de la franchise Transformers, et redéfinit ce que signifie être un héros. Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n’est plus là… La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l’on se doit de faire la différence. Dans Transformers: The Last Knight, les victimes deviendront les héros. Les héros deviendront les méchants. Un seul monde survivra : le leur… ou le nôtre.

10 ans que les Transformers squattent nos écrans. Depuis 2007, Michael Bay s’évertue à nous raconter le destin des Autobots et de leurs ennemis de toujours, les Decepticons. Malheureusement, au fil des films, la qualité de la franchise baissait inexorablement. Le premier film étant le meilleur de la saga, Michael Bay a tenté, en vain, de faire mieux. Après le catastrophique Transformers: L’Ere de l’Extinctionce nouvel opus remettra t-il la franchise sur de bons rails?

TRANSFORMERS: THE LAST KNIGHT

Comme d’habitude, je vais aller droit au but: je n’ai pas aimé le film. Je dois reconnaitre néanmoins qu’il y a une volonté de la part du réalisateur de ne pas réitérer les erreurs du film précédent. Hélas, ces efforts sont minimes par rapport à la pile de défauts que cumule le film. Commençons par les « gros » points de changement. Premièrement, je vous conseille vivement d’aller voir le film en Imax 3D. Le film a été tourné dans ce format et le résultat est tout simplement sublime. La sensation d’immersion, de profondeur est réelle et le format apporte un certain cachet aux scènes d’action. La 3D Imax sied parfaitement à ce genre de blockbuster. Autre point différent de Transformers 4: les placements de produit. Ce n’est qu’un détail mais ceux du film précédent m’avait vraiment choqué tant ils étaient décomplexés et placés de manière outrancière. Et dernier point: fini les plans sur les nanas en mode « shorty ». Pour une fois, Mickael Bay a su calmer ses pulsions et placer dans son film une héroïne qui ne nous affiche pas sa plastique toutes les 30 secondes. Des points de changements minimes mais j’ai jugé bon de les mentionner car, regarder Transformers: The Last Knight, est une véritable épreuve.

transformers-last-knight-13

Ce film dure 2h29 mais à l’air de durer deux fois plus. Ça commence déjà par le scenario qui nous apprend que le lien entre les Tranformers  et les hommes remonte à plus longtemps qu’on ne le croit (depuis l’époque du Roi Arthur pour être précis) et que les robots étaient présent à des moments clés de l’histoire de l’Humanité. Ce scénario aurait pu être crédible s’il avait s’agit d’un Transformers 2 ou au pire 3 mais apporter ce genre de « révélations » au bout de 5 films: difficile d’être crédible. Le film de Guy Ritchie, Le Roi Arthur, la légende d’Excalibur, m’avait réconcilié avec ce personnage, avec Transformers, c’est l’inverse. On se demande bien ce que Anthony Hopkins est venu faire dans cette galère…. Et puis, on a l’impression qu’il y a des choses qui ne changent pas dans Transformers. Les personnages sont toujours à la recherche d’un objet puissant lié à la mythologie des robots, Megatron et ses decepticons sont des éternels loosers et les autobots ont toujours des humains dans leurs pattes!

landscape-1481011944-transformers-the-last-knight

Les humains prennent tellement de place dans ce film que je crois que c’est le volet de la franchise où l’on voit le moins Optimus Prime et les autobots. C’est surement l’erreur qu’a fait Mickael Bay depuis ces nombreuses années: les Transformers ne font pas les héros de leurs propres films, ce 5eme épisode en est la preuve. Les autobots ne sont que des seconds rôles dans les combats qui seront déterminants pour leur destiné, c’est Mark Walhberg et Laura Haddock qui tirent toute la couverture sur eux. Et le puis le film aurait pu gagner en fluidité si Michael Bay savait faire le tri parmi ses idées. Comme je l’ai dit plus haut, le film dure 02h29 mais parait durer beaucoup plus longtemps. Transformers: The Last Knight n’est pas un film qui se regarde: il se subit. Il y a plein d’éléments, de personnages (dont certains nous rappelleront aisément ceux de Star Wars et ne sont là que pour vendre des jouets) , de scènes et de dialogues qui auraient pu facilement passer à la trappe sans nuire au récit. Mais tout comme l’opus précédent, toutes les idées ont été incluses ce qui rend la narration extrêmement lourde. L’apparition du générique fin est synonyme de délivrance.

fo0r5azlsl

L’action et les explosions sont bien évidemment les marques de fabrique de Michael Bay et évidemment avec la franchise Transformers, il se fait plaisir! Sur ce qui nous est présenté à l’écran, je ne trouve rien à redire car les scènes d’action sont relativement bonnes et on constatera que le réalisateur a eu la main un peu moins lourde que d’habitude sur les explosions. Comme je l’ai dit plus haut, la 3D Imax est un véritable bonus pour ces scènes qui sont par moment démesurées. Mais parfois, les choses les plus simples sont souvent les meilleures. Par exemple, ça manque cruellement de duels Autobots/Decepticons, de moment où les autobots se retrouveraient par exemple uniquement face à leur ennemis de toujours sans aucune intervention extérieur. Non, les humains sont toujours dans les parages et lors du duel le plus important du film, Michael Bay se sent obligé de coller dans les pattes des robots Cade Yaeger (Mark Wahlberg)….

Moins catastrophique que Transformers 4, ce nouvel opus n’est pas non plus une réussite. Malgré l’action mis en valeur par une excellente 3D, Transformers: The Last Knight cumule trop de défauts: trop long, pénible à suivre et un scénario qui n’a pas l’air de concorder avec les autres films de la franchise. Pour le 6eme film, il serait peut être judicieux de réduire l’importance des personnages humains et de se focaliser un peu plus sur Optimus Prime et ses autobots… Ma note: 4.5/10


Transformers: The Last Knight est réalisé par Michael Bay avecMark Wahlberg, Laura Haddock, Josh Duhamel, Anthony Hopkins, Stanley Tucci et John Turturro. durée: 02h29. sortie: le28 juin 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s